HISTOIRE ET GÉNÉALOGIE DES LÉVEZOU DE VEZINS – 2e édition est un ouvrage destiné à exposer, de façon complète mais abordable, l’histoire de cette famille du Rouergue et, à travers elle, l’histoire de nombreuses autres familles aveyronnaises, depuis le xie siècle jusqu’à Renaud de Lévezou de Vezins (1882-1932).

Comme l’écrivait Henri Bousquet, auteur en 1934 d’un remarquable inventaire des archives de cette famille, la famille de Vezins est une des plus considérables et des plus anciennes du Rouergue. Dès l’année 1154, on la trouve établie dans les montagnes du Lévezou, d’où elle a tiré ou qui porte son nom. Sa filiation est ininterrompue depuis la moitié du xiiie siècle. Ses alliances avec les maisons de Lévezou, de Luzençon, de Garceval, de La Roque et de Prévinquières la rendirent maîtresse d’immenses domaines, qui lui advinrent par mariages ou par testaments.

Évoquer la généalogie des Vezins, c’est donc nécessairement plonger au cœur de nombreuses familles aveyronnaises. Sont ainsi également présentées les généalogies des familles Luzençon (jusqu’en 1446), Estaing (jusqu’aux Giscard), Montvallat, Balaguier, Roquefort, Vezins de Charry, Garceval, Ricard de Peyrelade, Pélégry, Brunel du Bruel, Berne de Bertholène, Lapanouse, Mostuèjouls, Sauvan d’Aramon, Laurent de Villedeuil et Lastic, ainsi que tous les descendants (connus) d’Antoine-Alexis de Lévezou de Vezins (1746-1810). Quelques éléments héraldiques sont également donnés en fin d’ouvrage.

La 2e édition, revue et augmentée de ce livre (1e édition en 2006) est une invitation au voyage dans l’histoire du Rouergue. Ce livre s’inscrit dans une série d’ouvrages consacrés aux ancêtres de l’auteur.

 

Éditions du Noir au Blanc. 2016.

Épuisé.

 

GUIMARD est l'histoire de cette propriété du Houlme et de ses propriétaires successifs, connus grâce aux archives qui y sont conservées. Saint-Germain, Tallebot (ou Talbot), Luysière, Eudes de Guimard, Porcherot, Paillot : cette étude invite, à travers les propriétaires de GUIMARD, à une promenade dans l’histoire de ce petit coin du Houlme.

Elle permet de mieux connaître, entre autres, la figure si attachante de Louise Eudes de Guimard, « peintre exact, adroit en même temps que naïf, de cette terre forte et grasse où la charrue s’enfonce en des sillons de couleur jaune, de ces haies épaisses et profondes, vraies futaies de hauts chênes et de coudriers, séparant les champs d’orge barbelés et de sarrasin fleuri, et ces herbages inégaux dont les ruissellements courants limitent la forme capricieuse, et où paissent pêle-mêle chevaux et vaches, pays de braves gens aux mœurs innocentes, aux familles innombrables, d’une piété simple et sincère » (P. de Chennevières) et de recenser les œuvres connues d’elle.

Elle est également l’occasion de retrouver celle qui fut pendant des années la dame de Guimard, Lucienne Paillot.

 

Éditions du Noir au Blanc. 2018.

Épuisé.